L'essoufflement.



Quand devez-vous consulter votre médecin?


Lorsque vous êtes légèrement essoufflé, mais que vous ne pouvez pas respirer plus rapidement afin d'atténuer malaise.

Lorsque vous avez une douleur à la poitrine, les jambes ou les pieds enflés ou des antécédents de maladies cardiaques.

Lorsque l'on vous a déjà diagnostiqué de l'asthme ou un autre problème respiratoire.

Lorsque l'essoufflement est accompagné d'une respiration sifflante, d'une respiration rapide ou d'une expectoration de flegme.

Ce que révèlent les symptômes

Être un peu essoufflé après une activité sportive est tout à fait naturel et inoffensif. Cet essoufflement est simplement le résultat d'une augmentation de la demande d'oxygène que vous avez imposée à votre organisme. Il existe cependant une différence entre une marche rapide et le simple fait de monter l'escalier.

« Si vous êtes essoufflé en arrivant en haut de l'escalier, c'est que vous n'êtes sûrement pas en bonne forme physique », déclare Henry Gong, Jr., médecin, professeur de médecine au Service pulmonaire du Centre médical de l'université de la Californie à Los Angeles. Mais ce phénomène pourrait également signaler un malaise.


Une personne pourrait présenter des symptômes d'essoufflement à la suite d'un nombre important de problèmes respiratoires. Toute infection du poumon, en commençant par un léger rhume ou un cas de bronchite, jusqu'à la pneumonie et la tuberculose, endommage parfois le processus respiratoire.

Trois maladies respiratoires chroniques, notamment l'asthme, la bronchite chronique et l'emphysème, provoquent de l'essoufflement et, fréquemment, une respiration sifflante.

« Un poumon affaissé — problème existant chez les personnes qui souffrent d'emphysème et d'autres maladies des poumons et, pour des raisons inconnues, chez les jeunes hommes très grands — est une autre cause d'essoufflement. En plus de sentir qu'elle a soudainement le souffle court, la personne souffrant d'un poumon affaissé ressentira également une douleur qui provient du même côté de la poitrine», déclare le Dr Gong.

Dans le cas de plusieurs maladies neurologiques graves, notam­ment la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique et la myasthénie grave, une personne souffrant de l'une de ces maladies peut perdre graduellement sa capacité respiratoire à la suite d'un affaiblissement progressif de ses muscles, déclare Michael F. Sherman, médecin, professeur adjoint et directeur médical de la Section des services pulmonaires de la division des allergies, des soins critiques et de la médecine pulmonaire à l'hôpital universitaire Hahneman, à Philadelphie.

Deux situations d'urgence peuvent également provoquer un essoufflement soudain et grave. Le botulisme, forme d'intoxication alimentaire rare, mais qui peut être fatale, et l'intoxication par le plomb. Ces deux maladies bloquent les influx du système nerveux vers les muscles respiratoires, empêchant ainsi la personne de respirer profondément bien qu'elle en ressente le besoin, selon Mark J. Rumbak, médecin, professeur adjoint de médecine pulmonaire au Collège de médecine de l'université de la Floride du Sud à Tampa.

Soulagement des symptômes

Dans le cas d'essoufflement, le soulagement consiste à augmenter votre capacité pulmonaire et respiratoire au moyen d'exercices, de médicaments ou d'une intervention chirurgicale. D'après le corps médical, l'asthme est une maladie souvent réversible et la plupart des autres maladies peuvent être traitées dans une certaine mesure. Voici quelques conseils concernant l'essoufflement.

Cessez de fumer. La cigarette provoque un grand nombre de conditions qui mènent à l'essoufflement. Il va sans dire que vous devez cesser de fumer. Discutez du problème avec votre médecin. Il pourrait vous recommander des médicaments ou un programme de désintoxi­cation pour fumeurs.

Mettez-vous en forme. « Si vous êtes obèse ou sédentaire, vous n'avez peut être besoin que d'un bon programme de mise en forme afin d'améliorer l'état de votre cœur et de vos poumons et d'éliminer les essoufflements », déclare le Dr Gong. La marche rapide est un bon choix. Fixez-vous comme objectif de marcher rapidement au moins 20 minutes trois fois par semaine.

Respirez à partir du diaphragme. « La respiration abdominale à partir du diaphragme exploite la capacité pulmonaire plus efficacement, ce qui vous permet de respirer profondément plutôt que rapidement », déclare le Dr Sherman. Respirez par le nez et laissez votre estomac, et non pas votre poitrine, se gonfler. Vous permettrez ainsi à l'air de remplir complètement vos poumons.

Servez-vous de vos lèvres. « Les personnes atteintes de problèmes cardiopulmonaires respirent mieux si elles expirent par la bouche en se pinçant les lèvres », déclare le Dr Sherman. Après avoir inspiré, avancez vos lèvres et laissez l'air sortir de votre bouche (et non pas de votre nez) lentement.

Renforcez vos muscles respiratoires. Augmentez la force de votre diaphragme et de vos autres muscles respiratoires à l'aide d'un dispositif de résistance, instrument disponible chez votre médecin ou dans les magasins de fournitures médicales. «Il en existe plusieurs modèles sur le marché, déclare le Dr Sherman. Vous pouvez effectuer tous les jours plusieurs séries d'exercices de respiration à l'aide de ce dispositif. Dans les semaines qui suivront, vous augmenterez votre résistance, ce qui force le diaphragme et les autres muscles respiratoires à travailler davantage. Cependant, l'efficacité de ces dispositifs est très controversée », déclare-t-il.

Inspirez avant l'exercice. « Vous ne devez pas écarter tout conditionnement physique sous prétexte que la pratique d'exercices violents déclenche des crises d'asthme» déclare Susan R. Wynn, médecin, allergologue en pratique privée avec l'Association contre les allergies et l'asthme à Fort Worth, au Texas. Inhalez un ou deux jets de votre bronchodilatateur environ 20 minutes avant de commencer la séance et effectuez une période d'échauffement d'environ 10 minutes.

Allez nager. «Toutes les personnes souffrant d'essoufflement, surtout celles qui sont atteintes d'asthme, devraient adopter la natation comme sport, déclare le Dr Wynn. Vous respirez ainsi de l'air humide, ce qui facilite la tâche de vos poumons », explique-t-elle.

Soulevez votre lit. « Si vous avez du mal à respirer lorsque vous vous couchez le soir, placez plusieurs livres à la tête de votre lit ; vous le soulèverez ainsi de 30 à 45 degrés », déclare le Dr Sherman. Vous pourriez également vous procurer un coussin angulaire dans la plupart des magasins de fournitures médicales.

Réévaluez vos médicaments. Les médecins traitent habituellement l'asthme au moyen de médicaments corticostéroïdiens afin de réduire l'inflammation pulmonaire. Dans le cas d'asthme ou de nombreux autres problèmes respiratoires, les médecins prescrivent également des bronchodilatateurs, médicaments absorbés par voie orale, et inhalations sous forme de pulvérisateurs, qui aident à dégager les voies aériennes. « Certains patients atteints d'asthme grave auraient tout intérêt à inhaler leurs brochodilatateurs au moyen d'un nébuliseur à domicile», conseille le Dr Sherman.

Le traitement d'un poumon affaissé. Si seule une petite partie du poumon s'était affaissée, elle pourrait guérir d'elle-même. Cependant les médecins doivent souvent la gonfler comme un ballon au moyen de traitements par oxygène ou insérer un aiguille dans la cavité thoracique afin de vider la poche d'air qui comprime le poumon.

Respirez en groupe. « Les programmes de réhabilitation pulmonaire vous permettent d'interagir avec d'autres personnes qui souffrent des mêmes problèmes pulmonaires que vous, tout en vous apprenant diverses techniques de respiration et de relaxation qui vous faciliteront la vie », déclare le Dr Gong. Téléphonez à l'hôpital ou à une association pulmonaire locale pour plus de renseignements.

 





   
 
 
Avis
Toutes les informations disponibles sur Web-Docteur.com ne peuvent remplacer l'avis et la consultation d'un médecin
 
web-docteur
 Site Map  Contact    À propos de Nous   Forum de discussions        Copyright © 2010 Clicexpert