accueil troubles et maladies Jambes sans repos.
 
   


Jambes sans repos.

jambes sans repos



Quand devez-vous consulter votre médecin?


Lorsque vous ressentez fréquemment un inconfort qui vous empêche de bien dormir.

Lorsque vos jambes présentent des picotements, un engourdissement, des secousses soudaines et fréquentes, ou encore des sensations de fourmillement sous la peau.

Ce que révèlent les symptômes

Vous venez de vous mettre au lit, vous avez sommeil, mais vos jambes ont un besoin irrésistible de bouger. C'est peut-être la seule façon qu'elles ont de soulager les sensations de fourmillement qu'elles éprouvent.

Il y a de nombreuses personnes qui marchent, la nuit, afin d'éliminer l'inconfort et les sensations de picotement, de fourmillement ou de brûlure causées par le syndrome des jambes sans repos. Environ 10 % de la population est victime de ce malaise, qu'on appelle également syndrome d'Ekbom, qui se manifeste surtout à l'heure du coucher ou lorsque vous êtes au repos depuis 30 minutes.

Les bras et les cuisses sont également affectés. Le syndrome atteint à la fois les hommes et les femmes, mais il semble apparaître surtout chez les femmes enceintes. «Le problème disparaît habituellement après l'accouchement. »



Personne ne connaît vraiment les causes de cet inconfort. «C'est peut-être une anomalie dans la chimie du cerveau qui affecte les influx nerveux vers les membres », avance Richard Allen, titulaire d'un doctorat, directeur adjoint du Centre des troubles du sommeil John Hopkins à Baltimore. Le syndrome semble héréditaire; il est également possible que la caféine y joue un rôle.

Certains scientifiques sont convaincus que la caféine peut perturber l'équilibre chimique du cerveau de certaines personnes, ce qui créé une surexcitation des signes nerveux vers les muscles des jambes.

Le symptôme des jambes sans repos est également associé à une surexposition au froid, à une anémie ferriprive, à la nicotine, au stress, à la fatigue et à l'anxiété. Si le symptôme est accompagné notamment de picotements, d'engourdissement ou de crampes, il peut être un signe de diabète, de polyarthrite rhumatoïde ou d'un trouble de la thyroïde.

Dans la plupart des cas, cependant, souffrir des jambes sans repos est incommodant, mais ce symptôme est rarement un signe d'une grave maladie. Les manifestations vont et viennent, puis disparaissent souvent d'elles-mêmes.

Soulagement des symptômes

Il existe de nombreuses façons de maîtriser le problème des jambes sans repos.

Prenez un bain chaud. « Vous réchauffer les pieds et les mollets augmentera le flux sanguin tout en ralentissant l'accumulation d'acide lactique dans les muscles», explique Kim Edward LeBlanc, médecin, professeur adjoint clinique de médecine familiale à la Faculté de médecine de l'université d'État de la Louisiane à la Nouvelle-Orléans.

Vous pouvez utiliser un coussinet chauffant dans votre lit, à condition qu'il soit muni d'une minuterie qui se ferme automatiquement après 15 minutes. (Les personnes atteintes de diabète, dont les terminaisons nerveuses pourraient être endommagées, ne devraient pas utiliser de coussin chauffant, car elles risqueraient de se brûler.)

Massez vos mollets. « Masser lentement vos mollets de la cheville au genou stimulerait également la circulation sanguine, qui pourrait atténuer les secousses », assure le Dr Leblanc.

Massez à l'aide de liniments. «Un massage fait avec des baumes médicamentés qui contiennent du menthol aide généralement à supprimer l'activité nerveuse anormale», dit Wayne Henning, médecin, investigateur clinique du Centre médical des affaires des vétérans Lion's dans le New Jersey. Au moins, assure-t-il, la sensation chauffante de ces liniments vous distraira des fourmillements et vous aidera à mieux dormir.

Utilisez de la quinine. « Prendre deux comprimés d'un médicament en vente libre qui contient de la quinine et de la vitamine E tous les soirs semble soulager le symptôme des jambes sans repos, de même que les crampes que vous pourriez ressentir», rapporte le Dr LeBlanc.

Consultez votre médecin d'abord.

Prenez de l'aspirine. «On ne sait pas vraiment pourquoi les résultats sont favorables, mais le fait de prendre deux comprimés d'aspirine ou de paracétamol avant d'aller au lit favorise le sommeil des gens affectés par les jambes sans repos», spécifie Thomas Meyer. médecin, professeur adjoint de médecine à l'université du Colorado, Denver.

Ne vous couchez pas trop tôt. «Pour une raison encore inconnue les personnes qui sont capables de se coucher et de se lever tard ne semblent pas souffrir autant du syndrome des jambes sans repos souligne le Dr Allen. Mais attention de ne pas attendre d'être trop fatigué, car vous pourriez ressentir des secousses toute la nuit » ajoute-t-il.

Supprimez le café le soir. « Vous dormirez beaucoup mieux sans ce stimulant, assure le Dr Henning. Ce serait aussi une bonne idée de réduire votre consommation de boissons à base de caféine durant la journée », ajoute-t-il.

Oubliez le cognac et le cigare après votre dîner. « La nicotine et l'alcool sont des substances qui perturbent le sommeil profond», mentionne Paul Davidson, médecin, professeur clinique adjoint de médecine à la Faculté de médecine de l'université de la Californie à San Francisco et auteur de Chronic Muscle Pain Syndrome.

Prenez une multivitamine et des minéraux. La carence en zinc et en fer semble être associée au syndrome des jambes sans repos, bien que leur lien exact ne soit pas connu. « Si vous avez des antécédents familiaux de jambes sans repos, assurez-vous d'inclure dans votre régime alimentaire de la viande maigre, du poulet et du poisson, et, comme mesure préventive, prenez des suppléments qui contiennent ces nutriments », conseille Jesse Staff, médecin à Tucson.

Faites des exercices le jour. « Environ 30 minutes de marche rapide pourrait aider à éliminer le stress et à relaxer votre système nerveux tout entier de la tête aux pieds », dit le Dr Davidson.

Faites-vous prescrire des médicaments. Si les mesures susmentionnées ne donnent pas les résultats voulus, votre médecin pourra vous prescrire des médicaments», souligne le Dr Henning. Parmi les choix possibles figurent les sédatifs, les narcotiques et les médicaments dopaminergiques. «Chaque médicament présente cependant des effets indésirables; discutez-en avec votre médecin», ajoute-t-il.





   
 
 
Avis
Toutes les informations disponibles sur Web-Docteur.com ne peuvent remplacer l'avis et la consultation d'un médecin
 
web-docteur
 Site Map  Contact    À propos de Nous   Forum de discussions        Copyright © 2010 Clicexpert