accueil troubles et maladies Éviter certains comportements alimentaires.
 
   


Éviter certains comportements alimentaires.



Certaines habitudes alimentaires peuvent induire directement des cancers: ainsi l'incidence des cancers de l'estomac est importante chez ceux qui absorbent trop de viande et de poisson fumés et insuffisamment de fruits et légumes. Les cancers du côlon sont plus fréquents chez ceux qui consomment en excès des viandes grillées, plutôt brûlées, à très haute température; le saké, bu par les Japonais, est un grand pourvoyeur de cancer de l'œsophage et de l'estomac. De même, deux comportements alimentaires : l 'hyperphagie (ceux qui mangent trop et qui ont donc une alimentation hypercalorique) et l'alcoolisme, induisent l'apparition d'un certain nombre de cancers qui pourraient être évités.

N'ayez pas une alimentation trop calorique

Le surpoids important et l'obésité sont des éléments qui favo-risent la survenue de cancers. Les études qualifiées d'« épidé-miologiques» (études de l'apparition et de l'évolution des maladies par groupes de populations) plaident en ce sens. Ces deux facteurs ont une incidence importante tant sur l'appari-tion de cancer que sur le développement des maladies cardio-vasculaires. On a constaté aussi que la répartition des graisses du corps était un paramètre à prendre en compte.

Ainsi, les personnes qui connaissent une augmentation importante des graisses intra-abdominales de type androïde, par opposition à la répartition gynoïde (autour des hanches), sont confrontées à une majoration des risques. Évidemment, le sujet mince qui fume prend des risques plus importants que la personne en surpoids qui ne fume pas.

Des études américaines montrent qu'une alimentation par 24 heures légèrement hypocalorique, aux alentours de 1 800 kcal pour la femme et 2 200 kcal pour l'homme, serait protectrice contre les cancers. Les explications avancées sont les suivantes:

L'organisme, ayant moins de substance à métaboliser, induit une production amoindrie de radicaux libres: plus on mange, plus on consomme d'oxygène et plus il y a formation de radi-caux libres; or on connaît les effets délétères de ceux-ci sur l'organisme lorsqu'ils sont produits en excès . La diminution de la consommation de produits sucrés entraîne une moindre production d'insuline, que l'on soupçonne, lorsqu'elle est sécrétée en excès, de favoriser l'apparition et la croissance des cellules cancéreuses .

Expérimentalement, une diminution de l'apport calorique chez l'animal stimule la production interne d'antioxydants (super-oxyde dismutase et glutathion peroxydase), sans que l'on sache à l'heure actuelle expliquer ce phénomène. Ces anti-oxydants sont considérés comme des protecteurs qui limitent l'apparition de cancers; des études ultérieures devraient confirmer ce qui a été observé et en expliquer le mécanisme d'action. La façon de maigrir importe beaucoup.



L'idéal est de perdre de 10 à 15 % du poids initial dans un premier temps et de s'y maintenir. L'IMC, ou indice de masse corporel, donne les valeurs du statut nutritionnel de chacun (tableau 45, p.453). Il ne s'agit pas de perdre brutalement les kilogrammes en trop, encore moins de jeûner. Il est nécessaire de diminuer les quantités ingérées en respectant un certain équilibre alimentaire. Une très mauvaise attitude serait par exemple de manger très peu et de compenser ses fringales par des produits au goût sucré ou un aliment unique pris de façon boulimique.

Il est toujours essentiel, en limitant sa consommation alimentaire, d'une part de ne pas se dénutrir, d'autre part de garder un réel plaisir à manger. Le chapitre sur l'équilibre alimentaire et celui sur le surpoids et l'obésité donnent des indications précises sur la marche à suivre pour maigrir. Ces mesures sont à nuancer pour les enfants et les adolescents en pleine croissance; il faut néanmoins rigoureusement contrôler leurs habitudes de consommation alimentaire.

Quant aux personnes âgées en surpoids, qui souvent s'alimentent mal, il n'est pas rare de constater des carences nutritionnelles, notamment à la suite de problèmes dentaires ou digestifs, mais aussi en raison de leur isolement et de problèmes socio-économiques.





   
 
 
Avis
Toutes les informations disponibles sur Web-Docteur.com ne peuvent remplacer l'avis et la consultation d'un médecin
 
web-docteur
 Site Map  Contact    À propos de Nous   Forum de discussions        Copyright © 2010 Clicexpert