Les convulsions.

 



Quand devez-vous consulter votre médecin?

Lorsqu'on vous apprend que vous avez perdu connaissance.

Lorsque vous vous sentez désorienté et confus.

Lorsque vous perdez le contrôle de votre vessie ou de vos intestins.

Lorsqu'on vous informe que vous venez de souffrir de convulsions.

Lorsqu'on vous informe que vous vous êtes comporté étrangement pendant quelques minutes.

Ce que révèlent les symptômes

Peut-être pensez-vous qu'une personne présentant des convulions s'évanouit, qu'elle tombe par terre, qu'elle a l'écume à la bouche et que ses bras et ses jambes se tordent dans des mouvements incontrolables ? Ce n'est pas toujours le cas.

Il existe de nombreuses formes de convulsions, allant d'un court malaise de quelques secondes à une crise plus intense qui dure quelques minutes», déclare Paul Gross, médecin, neurologue à la Clinique Lahey à Burlington, au Massachusetts.

La convulsion signale que des cellules nerveuses du cerveau libèrent des influx électriques en quantité importante. Ces influx en excès perturbent momentanément l'activité cérébrale normale. L'effet peut en fait se comparer à une surcharge de courant qui se produirait dans votre domicile : la surcharge électrique fait sauter un circuit et tout devient noir. Au niveau du cerveau, cette surcharge peut provoquer une perte de conscience, une perte de contrôle des muscles ou on comportement étrange.


Selon les médecins, la convulsion résulte d'une infection telle que ia méningite ou l'encéphalite, des parasites comme le ver solitaire, de fortes fièvres, un usage abusif d'alcool ou de drogues, une blessure à la tête, la maladie d'Alzheimer, l'épilepsie, un accident vasculaire cérébral ou une tumeur.

Soulagement des symptômes

« Entre 60 et 80 % des crises de convulsions se traitent au moyen de médicaments antiépileptiques et ne sont pas invalidantes », déclare John Marier, médecin, neurologue à l'Institut national des troubles neurologiques et des accidents vasculaires cérébraux à Bethesda, au Maryland. La convulsion peut cependant constituer un signe précurseur d'autres problèmes cérébraux graves et doit être rapportée à son médecin le plus tôt possible.

Parce qu'elle ne manifeste que peu de signes avertisseurs, les médecins ne peuvent pas prévenir une première convulsion. Il existe cependant des moyens qui peuvent vous aider à prévenir une crise ultérieure. Voici ce que les médecins suggèrent.

Reposez-vous. «Un sommeil insuffisant peut déclencher des convulsions chez une personne épileptique», déclare le Dr Gross. Essayez donc de dormir au moins de six à huit heures par nuit.

Évitez l'alcool. L'alcool a une action chimique sur le cerveau qui peut également déclencher une convulsion. «Il est donc plus sûr de ne pas boire ou de boire peu, déclare Robert Slater, médecin, professeur adjoint de neurologie clinique à la Faculté de médecine de l'université de la Pennsylvanie à Philadelphie. Je dis à la plupart de mes patients qu'ils peuvent consommer sans problème un verre ou deux en dînant à l'extérieur. S'ils excèdent cette quantité, ils risquent d'avoir des problèmes. »

Prenez vos médicaments. «De nos jours, nous disposons d'excellents médicaments antiépileptiques, comme la phénytoïne, qui, si on la consomme régulièrement, aide à prévenir les convulsions dans la majorité des cas », rapporte Conrad Carter, médecin, professeur clinique de neurologie à l'université des sciences de la santé à Portland, en Oregon. L'interruption spontanée des médicaments pris pendant plusieurs mois sans l'accord du médecin pourrait déclencher de nouvelles convulsions.

Ne conduisez pas. Après avoir eu une convulsion, même si ce n'est qu'une seule, vous ne devriez pas conduire votre voiture sans l'accord de votre médecin. Les lois à ce sujet varient d'un pays à l'autre. Mais quelle que soit la loi en vigueur dans votre région, vous devriez être dent et vous abstenir de devenir une menace sur la route, tant our les autres que pour vous.

Éloignez-vous de l'eau. Nager seul peut être dangereux si avez déjà eu une convulsion; vous risqueriez de vous noyer si une autre crise se manifestait. « J'ai connu des gens qui se sont noyés dans leur propre bain pendant une convulsion », déclare Paul B. Pritchard , médecin chef et professeur clinique de neurologie au Collège de médecine de l'université de médecine de Caroline du Sud à Charleston. Nagez toujours en compagnie d'une autre personne et assurez-vous d'avoir quelqu'un à proximité qui peut vous aider au besoin lorsque vous prenez votre bain.

Au secours!

Bien que la plupart des convulsions durent moins de trois minutes, cela pourrait vous sembler une éternité si vous en étiez le témoin. Voici quelques conseils pour venir en aide à une victime en pleine crise.

Prévenez les blessures. La victime d'une convulsion tombe habituellement par terre. Si vous avez le temps, essayez d'adoucir la chute. Une fois la personne au sol, éloignez les objets durs, comme la table ou les chaises. Placez une serviette, votre veston ou même vos mains sous la tête de la personne afin de prévenir les blessures. Inclinez légèrement la tête vers l'arrière, en étirant le cou de la personne, ce qui lui permettra de mieux respirer.

Ne touchez pas à la langue. «Mettre un bâtonnet ou tout autre obiet dur dans la bouche d'une personne en pleine crise n'est pas à conseiller. Bien des gens croient, à tort, qu'ils aideront ainsi la victime à mieux respirer ou qu'ils éviteront les blessures », déclare le Dr Carter. Une personne en pleine crise de convulsion contracte les muscles de la mâchoire et serre fortement les dents.

Si vous y placez vos doigts, vous pourriez être mordu, et si vous y insérez un objet, la victime pourrait se casser les dents. Il vaut mieux attendre que la crise soit terminée, dit-il. Voir du sang s'écouler de la bouche d'une personne n'est pas réconfortant, mais souvenez-vous que la langue mordue guérira, alors que les dents ne se répareront pas toutes seules.

Changez la victime de position. Après la convulsion, roulez lentement la personne sur son côté gauche. Cela lui permettra d'évacuer toutes les sécrétions accumulées dans la bouche, plutôt que de les avaler.

 

 

 






   
 
 
Avis
Toutes les informations disponibles sur Web-Docteur.com ne peuvent remplacer l'avis et la consultation d'un médecin
 
web-docteur
 Site Map  Contact    À propos de Nous   Forum de discussions        Copyright © 2010 Clicexpert